Les défauts visuels courants chez l'enfant


L’adage « plus tôt détecté, plus vite soigné » s’applique aussi aux défauts visuels. Et fort heureusement, chacun d’entre eux peut être corrigé, à condition que l’enfant soit diagnostiqué par un ophtalmologiste dès l’apparition des premiers signes. C’est là que réside le coeur du problème : les dépistages ne sont que trop rares et bien souvent, l’enfant subit déjà les conséquences de son anomalie visuelle lorsqu’elle est prise en charge.

Les défauts rencontrés le plus fréquemment chez les nourrissons sont les amétropies. Elles consistent en des déformations de l’oeil du bébé conduisant à un système optique défectueux. Dans la famille des amétropies, on retrouve notamment la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme. Les détails concernant chacune de ces imperfections, les signaux d’alerte et les méthodes de correction employées par les spécialistes vous attendent dans la suite de cet article.

Le strabisme

Limited edition pour Grand Optical

Vous avez forcément déjà observé votre bébé loucher ; ce phénomène, lié au strabisme est parfaitement normal chez le nouveau-né. Or s’il persévère au-delà des 4 mois, il s’agit d’un défaut visuel et il peut s’aggraver. Un enfant louche parce que l’axe de ses yeux n’est pas parallèle. L’oeil dominant est sollicité pour permettre à l’enfant d’y voir net. L’oeil non utilisé perd donc la vision. Cette anomalie est due à la présence d’un défaut visuel sur l’un des yeux. Elle peut aussi provenir d’un mauvais fonctionnement d’un des muscles qui assure leur mouvement. Les méthodes de correction sont différentes selon les cas de figure. Cela peut être simplement le placement d’un cache, par intermittence sur l’oeil dominant et sur l’oeil strabique, des exercices orthoptiques, ou pour les cas les plus sévères, la chirurgie. Il doit être traité au plus vite pour ne pas conduire à l’amblyopie. Les signes de strabisme chez l’enfant sont les suivants :

  • Ses yeux montrent un défaut d’alignement visible.
  • Ils ne bougent pas ensemble dans la même direction.
  • Inclinaison de la tête d’un côté afin de regarder des points spécifiques.
  • Il cligne et se frotte les yeux de manière fréquente.
  • Il tourne ou ferme un oeil afin de fixer son regard sur un point.
D’après une étude de solidarites-sante.gouv.fr – « Dépistage des troubles visuels chez l’enfant », 5 % des enfants en sont atteints

L’amblyopie

Plus couramment appelée « l’oeil paresseux », l’amblyopie implique que l’enfant voit moins bien d’un oeil et utilise l’autre pour compenser. Les images transmises par l’oeil déficient sont ignorées par le cerveau, conduisant à une perte progressive de la vision. Si ce n’est pas détecté et corrigé à temps (avant 8 ans), les conséquences peuvent s’étendre jusqu’à la perte de la vue de l’oeil paresseux. À noter que si l’enfant est prématuré ou en cas de présence d’antécédents familiaux, une vigilance accrue est de rigueur. Pour corriger ce défaut, l’oeil « fort » est masqué afin que l’autre se force à travailler. Le port de lunettes adaptées figure aussi parmi les solutions. La précocité du diagnostic est essentielle à la réussite de la rééducation. L’amblyopie est difficile à détecter, cependant, elle présente quelques signes qui ne trompent pas :

  • Un port de tête inhabituel, conduisant à des torticolis à répétition.
  • Maux de tête.
  • Lorsque l’enfant apprend à lire, il aura tendance à sauter des mots et confondre des lettres.
D’après l’étude de DOCVADIS – CHU Rouen, l’amblyopie concerne en moyenne 10 % des enfants de moins de 5 ans.

Limited edition pour Grand Optical

La myopie

Limited edition pour Grand Optical

Il s’agit d’une baisse de l’acuité visuelle de loin, liée à un oeil trop long. L’enfant myope voit flou ce qui est loin. La myopie, non traitée, est un véritable handicap pour l’apprentissage de l’enfant. S’il ne le mentionne pas lui-même, les instituteurs et les visites médicales scolaires le souligneront bien souvent. Elle débute en général après 5 ans et se corrige par le port de lunettes. Les facteurs indiquant que votre fils ou fille souffre de myopie sont difficiles à discerner chez le bébé, or flagrants lorsque l’enfant démarre sa scolarité. On note notamment :

  • Une tendance à rapprocher son cahier pour lire.
  • Une incapacité à lire/voir ce qui est écrit au tableau.
  • Le fait d'entrouvrir ses yeux afin de distinguer un objet situé à une distance éloignée.
  • Le fait de ne pas reconnaître ses parents de loin.

L’hypermétropie

Au contraire de la myopie, l’enfant a des difficultés pour voir de près. Elle est très fréquente chez les bébés jusqu’à 4/5 ans, due à la morphologie de l’oeil. Mais celui-ci, en grandissant, s’allonge, et l’hypermétropie se corrige d’elle-même, généralement vers l’âge de 10-12 ans et de ce fait n’implique pas de problèmes de vision dans le futur. La correction se fait par des lunettes aux verres convergents, c’est-à-dire plus épais au centre que sur les bords. Elle est difficilement détectable car l’enfant possède une très grande capacité de mise au point, mais elle constitue la principale cause de strabisme. Ces observations témoignent souvent d’hypermétropie :

  • Maux de tête causés par l’effort d’une lecture à faible distance
  • Fatigue et rougissement des yeux après ce genre d’activités
  • Inclinaison de la tête en arrière
  • Entre-ouverture des yeux afin de fixer le regard
  • Strabisme

L’astigmatisme


Limited edition pour Grand Optical

L’enfant voit flou et déformé, que ce soit de près ou de loin et il ne perçoit pas nettement les contrastes entre les lignes verticales, horizontales ou obliques. Ce défaut visuel est un véritable handicap pour l’apprentissage de la lecture, notamment car il lui fait confondre des lettres comme le F et le P, ou le H et le M. De plus, il se combine toujours avec un autre défaut visuel (myopie ou hypermétropie) rendant l’importance d’un traitement capitale. De ce fait, vous serez en mesure de l’identifier si votre enfant présente certains des comportements décrits dans les sections précédentes. Il se corrige avec le port de lunettes équipées d’un verre spécialisé appelé "torique". Son épaisseur dépend du type d’astigmatisme, c’est-à-dire le sens dans lequel l’oeil modifie les images.

Conclusion

Les défauts visuels de l’enfant peuvent représenter un risque pour le bon développement de sa vision. Les conséquences de l’absence de prise en charge pouvant aller jusqu’à la perte de la vue d’un oeil, ils ne sont clairement pas à négliger. De plus, ils peuvent influencer ses capacités d’apprentissage. Il est primordial que votre enfant possède de bonnes facultés visuelles afin d'apprendre à lire et à écrire dans les meilleures conditions. Les défauts de vision ont tendance à se manifester avant 6 ans. Afin d’éviter l’accumulation d’un retard ou des complications indésirées, il est recommandé de consulter un ophtalmologiste au moins une fois avant son entrée dans la scolarité. Si la correction est de mise, il ne faut pas hésiter. Elle améliorera le confort de votre petit garçon ou petite fille au quotidien. Et même si cela peut sembler être une étape insurmontable, le port de lunettes de vue est une solution simple et efficace.



Découvrez tous nos contenus santé pour vos enfants